Tritonne Dolc?, juriste et dipl?m?e en sciences infirmi?res ? 61 ans

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

De petite taille, ronde, le visage bien conserv? au sourire parfois ironique, portant de fines lunettes rondes, au premier regard, Tritonne Dolc? ressemblait ? un pur produit de ces familles ais?es recherchant ? combler les lacunes d’une ?ducation qu’elles persistent ? croire inachev?e. Mais, ? la premi?re phrase, elle balaie toute cette perception d’un revers de main. <>, l?che tout de go Tritonne Dolc?.

Le r?cit de sa vie est clair, sans ambigu?t?. Elle arrange chaque ?v?nement par ordre d’importance pour en faire un motif d’espoir.

A?n?e d’une famille de deux filles, elle ne souhaite absolument pas que le pr?sent vienne gommer dans un banal exercice ?volutif les le?ons du pass?. <>, raconte Mme Dolc? voix apais?e.

Jalouse de sa l?gende, elle pense qu’il est important de noter tous les certificats qu’elle a d?croch?s <>, fait remarquer Tritonne Dolc?, avant d’ajouter que c’est ? travers ces m?tiers qu’elle a pu travailler et avoir une situation stable, pr?te ? faire face ? d’autres d?fis.

Prendre le chemin du retour ? 38 ans

Au d?tour d’une conversation avec sa petite soeur, cette derni?re lui conseille, non sans r?criminations, de terminer ses ?tudes secondaires et de pr?cher par l’exemple comme a?n?e de la famille. Son ego touch?, elle retrouve le chemin de l’?cole ? 38 ans. <>, s’enorgueillit-elle.

Depuis ce d?clic qui l’a pouss?e ? boucler ses ?tudes secondaires, elle est devenue un ?tre, pour paraphraser Marguerite Yourcenar, qui se sent perp?tuellement br?l?. Br?l? de l’int?rieur depuis qu’elle sait qu’elle ne pourra pas enfanter ? l’approche de sa m?nopause. Br?l? tel un ph?nix, condamn? constamment ? rena?tre de ses cendres.

<>, se rappelle Tritonne Dolc? comme si cette conversation de 2002 avait eu lieu hier.

Les sciences juridiques pour revendiquer sa place

Baccalaur?at en main dans une ?poque o? cela suffisait pour trouver un travail en Ha?ti. Des ?tudes en sciences infirmi?res auxiliaires o? elle est sortie laur?ate de sa promotion, un emploi dans un programme de tuberculose ? Croix-des-Bouquets o? elle ?tait responsable de la sensibilisation. En se rapprochant de la cinquantaine, Tritonne Dolc? avait, pour plus d’un, tout ce qu’il faut pour vivre et laisser passivement au destin le luxe de pouvoir faire son oeuvre tranquillement. Mais, c’?tait sans compter sur son ambition de se faire un nom dans cette soci?t?. <>, avoue-t-elle.

Se faire un nom, voil? ce qui a pouss? Tritonne Dolc? ? int?grer la Facult? de droit et des sciences juridiques des Gona?ves. <>, rapporte-t-elle tout en soulignant comment ? chaque fois son intelligence et son assiduit? ? la t?che lui permettaient de prendre le dessus. <>, ironise-t-elle.

2018-2022, 4 ann?es en sciences juridiques, Tritonne Dolc? tient ? rendre un hommage ? son mari qui a ?t? tr?s compr?hensif. << M?me en ?tant ? l’universit?, je gardais mon emploi. J’ai d? laisser le travail chaque jour plus t?t pour arriver ? temps en salle de classe. Quand je rentrais, au lieu de se plaindre mon mari allait dormir sur la “galerie” pour me laisser ?tudier dans la chambre. J’?tudiais de 11 heures du soir ? 3 heures du matin religieusement”, se souvient cette femme de foi qui s’occupe de la sensibilisation pour pr?venir certaines maladies dans son ?glise.

Apr?s les sciences juridiques, les sciences infirmi?res

Alors qu’elle ?tait dans la cinquantaine, Tritonne Dolc? se sentait encore dict?e par une urgence int?rieure. Proche de la vie, optimiste ? tous les coups, elle refuse toutes limites impos?es aussi bien par la physiologie que par la soci?t?. <>, fait-elle savoir.

Les multiples difficult?s li?es ? son ?ge ont failli avoir raison d’elle quand, admise en 4e ann?e, elle d?couvre qu’elle souffre de la cataracte et ne pouvait voir que dans un oeil. <>, marmonne-t-elle sans jamais faire l’impasse sur la complexit? de son histoire personnelle tout en faisant preuve d’une lucidit? ?tonnante.

<>, l?che l’infirmi?re, le poing lev?.

Jusqu’? la c?r?monie de collation de dipl?mes du dimanche 11 d?cembre, Tritonne Dolc? ne savait pas encore qu’elle ?tait la laur?ate de sa promotion. Elle en ?tait la porte-parole, elle avait ? cet effet pr?par? son discours, mais la surprise de l’annonce en pleine c?r?monie a ?t? d’une intensit? telle qu’elle n’a pas pu cacher son ?motion.

<>, glisse-t-elle la voix envelopp?e par les ?motions.

Miss Dolc?, comme elle souhaite qu’on l’appelle ? l’occasion, d?die l’ensemble de ces efforts aux jeunes qui ont mille raisons de se d?courager dans ce pays. Elle les invite ? penser ? son histoire afin de r?sister, soulignant n’avoir jamais voulu prendre la m?me route que sa soeur benjamine tant elle croyait que le pays a besoin d’elle et de tout ce qu’elle peut offrir.

? l’aube de cette nouvelle carri?re, elle souhaite consacrer beaucoup de temps ? l’enseignement. Former les g?n?rations futures est sa passion. Elle vient de s’en donner les moyens. R?aliste et confiante, elle ne sait pas quel chemin le devoir et ses ambitions lui indiqueront de prendre. Elle confie ?tre toujours pr?te ? affronter les nouveaux d?fis. De grands r?ves, la passion, l’?ducation comme m?canisme de d?fense, l’humilit?, le courage, l’abn?gation, la volont? de servir, autant de caract?ristiques qui pourraient r?sumer la vie de Tritonne Dolc?. Comme la journaliste Juliette Hochberg l’?crivait ? propos de Simone Veil, c’est un privil?ge pour elle de vivre “tant de vies dans une vie.”

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.

NewsAmericasNow.com