Mondial: les Bleus regoûtent à une finale, mais en tirant la langue

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Les Français ont puisé dans leurs réserves pour atteindre la finale du Mondial face aux Argentins, un sommet qu’ils abordent fatigués, avec un jour de repos en moins et l’épée de Damoclès…

Les Français ont puisé dans leurs réserves pour atteindre la finale du Mondial face aux Argentins, un sommet qu’ils abordent fatigués, avec un jour de repos en moins et l’épée de Damoclès d’une maladie aux contours mystérieux dans leurs rangs.

. Réservoir “vidé”

C’est la rançon du succès : Didier Deschamps tient son équipe-type et a très peu fait tourner, à l’exception du dernier match de groupe contre la Tunisie, perdu 1-0 avec les remplaçants. Ses titulaires ont tiré la langue mercredi, sur le terrain contre des Marocains souvent plus tranchants, et devant les médias ensuite.

“On a tellement fait d’efforts, on a tellement souffert qu’on sort d’un match comme celui-ci vidés”, n’a pas masqué le capitaine Hugo Lloris après ses 99 minutes passées sur le pré d’al-Bayt, le stade de la demi-finale rendu étourdissant par les sifflets et la ferveur du public marocain.

Aurélien Tchouaméni, 22 ans, a la jeunesse pour lui mais ça ne l’empêche pas d’être sur les rotules.

“Après le match, on était KO, franchement… On a beaucoup couru, la compétition est longue, ça fait beaucoup de matches qu’on enchaîne avec beaucoup d’intensité”, a avoué le milieu du Real Madrid.

Le joueur formé à Bordeaux a cumulé 552 minutes en six matches, tous débutés comme titulaire, une singularité parmi les vingt-quatre Bleus. En comptant le temps additionnel, il a disputé autour de 100 minutes contre le Danemark et la Tunisie en phase de groupes, contre l’Angleterre en quarts et le Maroc en demie.

. 24 heures de repos en moins

“L’enchaînement Angleterre-Maroc nous a fait du mal physiquement mais avec le staff qu’on a, on va bien récupérer”, espère Tchouaméni.

Les Français partent avec un handicap majeur face à l’Argentine, dimanche (16h00) à Lusail. Ils bénéficient d’un jour de repos en moins par rapport aux coéquipiers de Lionel Messi, qualifiés dès mardi.

La préparation de la finale rimera avec récupération, principalement. Etirements, massages et soins vont rythmer la journée de jeudi.

L’avantage apparent pour les Argentins doit cependant être nuancé. 

D’une part, les cadres de l’équipe de France se sont tous plus ou moins reposés contre la Tunisie, à l’exception de Tchouaméni (titulaire) et des titulaires habituels entrés en seconde période (Rabiot, Mbappé, Griezmann, Dembélé). D’autre part, les Bleus ont évité une prolongation éreintante pour les jambes et des tirs au but éprouvants pour les nerfs: l’Albiceleste a dû passer par là en quarts contre les Pays-Bas.

. Plusieurs joueurs affaiblis

La France est touchée depuis plusieurs jours par une maladie, probablement virale, qui a déjà mis sur le flanc trois joueurs de premier plan.

Le défenseur central Dayot Upamecano est le premier à avoir ressenti un “coup de froid”, selon le staff, après le quart de finale contre les Anglais. Il ne s’est pas entraîné lundi ni mardi et est resté sur le banc mercredi. Adrien Rabiot semble touché par les même maux et le milieu a regardé la demie depuis l’hôtel, forfait. Kingsley Coman aussi “a senti un peu de fébrilité dans l’après-midi”, a déclaré Deschamps mercredi après la qualification.

En conférence de presse, le sélectionneur a avancé plusieurs explications possibles. Le coup de froid, d’abord, car “les températures ont plutôt baissé” récemment au Qatar, un pays où il y a en outre toujours “la climatisation à fond”. Et la possibilité d’un virus, ensuite.

“Tout ce qui est viral est transmissible. On a pris des précautions pour qu’il n’y ait pas de contact, avec Dayot, et pour Adrien pareil”, a-t-il déclaré.

A demi-mot, Deschamps concède la possibilité d’un virus circulant dans le camp de base, mais “sans penser à autre chose”. En creux, le sélectionneur parle du Covid-19, bien présent à Doha, notamment parmi les journalistes venus suivre la compétition. Cette hypothèse a été balayée de source proche des Bleus dès mardi, mais la Fifa n’impose plus aux équipes de réaliser des tests de dépistage.

Cela n’a pas empêché les Bleus de célébrer leur qualification, dans le vestiaire, en compagnie d’Emmanuel Macron, comme à l’hôtel, avec des cris appuyés et des embrassades à foison.

ama-jta/ep/cyj

Kylian Mbappé aide Achraf Hakimi a se relever à l’issue de la rude bataille entre la France et le Maroc, le 14 décembre en demi-finale du Mondial-2022.
• FRANCK FIFE

Les Français Ibrahima Konaté et Antoine Griezmann célèbrent le but de Randal Kolo Muani, le 14 décembre en demi-finale du Mondial-2022 contre le Maroc.
• FRANCK FIFE

NewsAmericasNow.com