Eric Ciotti devient le nouveau président des Républicains

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, tenant d’une “droite ferme”, a été élu dimanche président des Républicains, devenant le nouveau patron d’un parti en crise profonde…

Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, tenant d’une “droite ferme”, a été élu dimanche président des Républicains, devenant le nouveau patron d’un parti en crise profonde après la débâcle de la présidentielle.

Avec 53,7% des voix, il a battu au deuxième tour le président des sénateurs LR Bruno Retailleau (46,3%) dans ce scrutin interne marqué par une participation élevée, de presque 70%.

Sitôt élu, le nouveau patron du parti gaulliste a promis de “rassembler” autour d’une droite “ferme”, c’est-à-dire “du travail, de l’autorité, de l’identité, qui nous permette de vivre comme nous avons toujours vécu”.

“Je suis de droite” et “je ne m’en excuserai jamais”, a-t-il assuré sur TF1, estimant que “la question est d’abord celle de la survie de la France” alors que “notre pays est frappé de déclin” voire “d’une sorte de décadence”.

Sur le plan économique il a aussi promis une ligne de “liberté, qui fasse diminuer les impôts, les charges et les normes qui paralysent notre pays”.

“Je ne conclurai jamais la moindre alliance avec un pouvoir qui a autant abîmé notre Nation”, a-t-il affirmé ensuite au siège du parti.

Dans la majorité présidentielle, le secrétaire général de Renaissance Stéphane Séjourné a justement estimé que cette élection marquait “un coup d’arrêt à un éventuel accord d’appareil”. 

Eric Ciotti “va finalement dissoudre la droite dans l’extrême droite”, a-t-il affirmé au Parisien, en lançant “un appel à la droite républicaine” à se rapprocher des macronistes.

“En élisant Eric Ciotti à sa tête, Les Republicains confirment leur dérive vers l’extrême droite” a aussi tweeté le maire écologiste de Grenoble Eric Piolle.

Dimanche soir, le maire de Metz François Grosdidier a annoncé qu’il quittait LR “pour ne pas (s)e rabougrir, non pour aller ailleurs, mais pour rester (lui)-même”, a-t-il indiqué sur Twitter.

Plus tôt, la patronne de la fédération LR de Haute-Garonne Laurence Arribagé avait confirmé à l’AFP qu’elle quittait LR pour Horizons, le parti d’Edouard Philippe, comme l’avait annoncé La Dépêche.

“Ma mission sera de faire revenir les 90% d’électeurs qui sont partis”, a assuré pour sa part Eric Ciotti, qui a tendu la main à Bruno Retailleau et Aurélien Pradié, éliminé au premier tour. 

Tous deux “ont naturellement vocation à occuper des places dans notre équipe de direction”, a-t-il assuré.

“Combat”

Symbole de cette unité, les deux adversaires du second tour ont posé pour une photo commune et Bruno Retailleau s’est dit “prêt” au rassemblement. “Ce plus de 46%, moi qui n’étais pas favori, c’est inespéré, un score qui comptera, soyez-en sûrs”, a-t-il assuré.

A la tête de LR, Eric Ciotti, qui succède à Christian Jacob démissionnaire en juin, devra aussi faire travailler ensemble députés et sénateurs qui ne sont pas toujours sur la même ligne, rassurer les alliés centristes… pour redresser un parti de droite tombé à 4,8% à la présidentielle.

Son grand argument de campagne a été Laurent Wauquiez, qu’Eric Ciotti promet de faire désigner rapidement comme candidat à la présidentielle s’il est élu.

“Cette victoire est la juste reconnaissance de ton courage, de ta pugnacité et de ta fidélité à nos valeurs. Président de LR, tu pourras compter sur moi pour que nous menions tous ensemble le combat pour redresser la France”, l’a félicité sur Twitter le président de la région Auvergne Rhône-Alpes. 

Mais certains élus LR notaient qu’avec un tel engagement de désignation, le score du vainqueur pouvait aussi se lire comme “un revers pour Laurent Wauquiez”.

Cette victoire a pour Eric Ciotti un goût de revanche sur la primaire LR de 2021 lorsque, arrivé en tête au premier tour de la primaire, il avait dû s’incliner au deuxième face à Valérie Pécresse, payant un “tout sauf Ciotti” chez les électeurs inquiets de sa ligne droitière.

En fin de campagne, le nouveau patron de LR, questeur de l’Assemblée, a aussi abordé des thèmes sociétaux tels que violences conjugales, handicap et égalité hommes-femmes, un clin d’oeil à Aurélien Pradié qui détenait, avec 22%, une des clés de l’élection.

Plusieurs de ses lieutenants s’étaient rangés dans l’entre-deux-tours derrière Eric Ciotti, de même que Christian Jacob, le président des députés LR Olivier Marleix ou le maire de Troyes François Baroin.

cg/reb/or

NewsAmericasNow.com